D’Urubamba au Machu picchu

Cusco, Urubamba et la vallée sacrée

Après avoir une nuit complète de bus entre Lima et Cusco, il est temps pour nous de rejoindre Pierina et Bruno nos hôtes BeWelcome péruviens. Ils habitent à Urubamba au cœur de la vallée sacrée, qui se termine par le site du Machu picchu. Et il faut dire que leur maison est charmante, sertie dans une propriété respirant la nature avec des chiens,des chats, et un pigeon sex-symbole nommé Maryline, nous y passerons une première nuit à discuter de choses et d’autres suivi d’un repos très réparateur.

Le lendemain c’est la découverte de la petite ville en commençant par un petit déjeuner au marché haut en couleurs en compagnie de Pierina, c’est l’avantage de sites d’hospex, on a toujours quelqu’un pour partager avec vous les plaisirs de la vie 🙂 Début d’après-midi, nous partons pour visiter les exploitations de sel de Salineras (nom de circonstance s’il en est). Rien à dire le lieu est superbe les photos parleront d’elles mêmes. A peine arrivé à la sortie du tout petit site, que un camion chargé de sel se propose de nous embarquer avec son chargement moyennant quelques soles évidemment…. Allez pourquoi pas, vivons cela aussi ! Nous nous retrouvons à Moras un petit village sympathique où nous dominons la vallée et aurons la chance d’apercevoir un joli à arc en ciel en prime. Le courant passe bien, nous restons une nuit de plus avec Pierina et Bruno et cuisinons pour eux avant de partir aux aurores le lendemain matin vers le Machu picchu. Objectif attaquer celui ci par la voie “des pauvres” !

Le Machu Picchu pour les pauvres

 

En effet pour aller visiter cette merveille du monde inscrite au patrimoine mondial de l’humanité vous pouvez opter pour plusieurs solutions :

  • L’inca trail. Cher et pensez à réserver de nombreux mois à l’avance
  • Un des trecks alternatifs au départ de Cusco et organisés par des agences, cher aussi, c’est le plan B de tout ceux qui ne peuvent pas faire l’inca trail
  • Y aller en train. Deux compagnies desservent le site, Pérou rail et Inca rail, les deux valent une fortune (prix différents pour les étrangers et les locaux, directement en dollars US c’est plus simple bien sûr). Mention spéciale pour Pérou rail qui appartient à une société britannique et bat tout les records.
  • Y aller par le chemin dénommé hydroelectrica, sorte de porte dérobée du site. Cela coute nettement nettement moins cher. En revanche cela vous prendra bien plus de temps.

Vous l’avez compris c’est pour ce dernier trajet que nous avons opté ! L’idée est de faire Urubamba (ou Cusco selon où vous résidez), Santa Maria, puis de prendre un taxi à entre Santa Maria et Santa Teresa puis un collectivo pour arriver enfin à la station hydroélectrique hydroelectrica. De là un treck très facile de deux heures vous fera arriver à Agua Calientes à la nuit tombée.

Pour plus de clarté je vous laisse vous référer à cet excellent schéma et site en anglais :

http://www.andeantravelweb.com/peru/destinations/machupicchu/machu-picchu-via-santa-teresa.html

 

Évidemment une fois arrivé, on a monté la tente en cinq minutes (nous avions opté pour le camping municipal mais il y a des auberges pour les moins vaillants) mangé en dix puis dodo direct pour partir à 4:30 du matin ! C’est le prix du billet d’entrée au Machu Picchu…

Le jour J: Découverte du Machu Picchu

Ça commence gentiment par un treck de deux heures à la frontale et sous la pluie avec des sacs de 15 kg sur le dos, sympa mais on est pas du genre à lâcher l’affaire si facilement, on avance ! Comme on doit être un peu masos, on à pris couplé à notre billet d’entrée au site, un billet pour un extra, le Huyana Picchu, genre de montagne qui surplombe le site de coté et offre les plus belles vues et la photo “must selfie yourself here” visible sur tous les mauvais profils de réseau social 😉 Par chance (humm je tousse) on arrive juste à l’heure de notre billet sur le site. On enchaîne donc le deuxième treck sous la pluie mais ça y est il fait jour c’est déjà ça…. On en bave, on est officiellement pas sportifs mais quand même. L’altitude ? Peut-être, l’espoir fait vivre… On s’accroche à ça et à nos poignées d’amour ! Enfin arrivés en haut !!! Déception on ne voit rien nous sommes dans le cœur du nuage de pluie.

Ne nous laissant pas décourager pour si peu, nous patientons, nous patientons, plus qu’autorise, le gardien nous demande plusieurs fois de descendre (et oui il y a des heures sur les tickets, d’autres groupes arrivent ensuite). Nos esquivons, on se cache derrière un mur de pierre, et finalement ca paye ! Apres plus d’une heure la haut, une eclaircie puis une vraie trouee dans les nuages. On voit le Machu Picchu !!! Victoire !

On en profite a fond, on contemple, on prends des photos, puis vient le moment de vraiment redescendre. Nous sommes tellement joyeux et légers par rapport a la montée que nous en somme presque a siffler “Hey Ho, Hey ho on rentre du boulot” sur le chemin de la descente 😀

Le reste de la journée passe plus tranquillement sous un soleil de plomb. Nous comprenons pourquoi ce site est classe au patrimoine de l’unesco, malgré le fait que son histoire est pu connue (il ne faut bien comprendre que les conquistadors espagnols n’ont jamais trouver le lieu, et que seuls les indien Quechua en gardait encore la connaissance). Le site est immense, d’ailleurs si vous n’arrivez pas a obtenir de tickets pour le Huaina Picchu, nous vous conseillons de monter directement a la porte du soleil, d’où vous pourrez avoir une vue assez similaire du site mais de l’autre cote. Les photos parlent d’elles mêmes, on vous laisse en profiter sans plus de blabla.

Repos des guerriers à Agua Calientes

 

Aprés cette journée épuisante nous craquons pour le bus payant pour redescendre, une bonne pizza et une soirée passée aux thermes de Agua Calientes (d’ou le nom). Assez marrant, le bain bouillonnant avec les jeunes avec leurs bouteilles de rhum et de jus d’orange…

Le lendemain, retour en train, avec ce que nous avons économisé a l’aller, nous pouvons nous le permettre ! Arrêt a Oyantaytambo, pour profiter de la vue sur la place centrale et du musée du chocolat où travaille Pierina. Ville sympa, passage rapide avant un retour à Cusco sous la pluie pour prendre le bus vers Puno.

 

OnceADay #079
OnceADay #078

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.